inscription à la newsletter
Des activités pour tous ...
Découvrir, échanger, partager ...
Apprendre et progresser ...
De la musique, des concerts, des spectacles ...
Loisirs, sport, détente ...
De la culture, des stages ...
Rencontrer, dialoguer, partager ...
Du LUNDI 20 au DIMANCHE 26 NOVEMBRE : SEMAINE MIGRANT'SCENE - VENDREDI 24 NOVEMBRE : SOIRÉE ORTHOGRAPHE 19h00 - SAMEDI 25 NOVEMBRE 20h30 : CONCERT "GEHEL CHANTE BOWIE"
 

Partenaires

La MJC évolue dans un réseau dense de partenaires fédératifs, associatifs et institutionnels. Son action se situe à la croisée de tous ces partenariats, que nous vous présentons dans cette rubrique.


Partenaires institutionnels

FONCTIONNEMENT


La M.J.C.est située en plein coeur de la ville et de la vie d’Auxerre, s'est développée grâce à la volonté de ses dirigeants bénévoles, et aux nombreux partenariats tissés au fil du temps. Tout d’abord une convention de coopération publique est établie avec la ville d’Auxerre, qui soutient notre projet d’éducation populaire. Elle met gracieusement à disposition les locaux et permet à la MJC de fonctionner, par le biais d’une subvention de fonctionnement.

Site internet : http://www.auxerre.com/

Le Conseil Général de l’Yonne participe aussi au fonctionnement de la MJC.

Site internet : http://www.lyonne.com/

PROJETS


Afin de réaliser ses projets, la MJC s’entoure des partenaires suivants dans le cadre du contrat de ville, qui défini et oriente la politique de la ville sur notre territoire.

Le contrat de ville permet à la M.J.C. de réaliser des projets tels que le conseil de jeunes ou la semaine de la solidarité internationale. D’autres financement directs nous permettent de réaliser des projets tels que les stages culturels et sportifs en juillet, ou la saison d’animation culturelle et citoyenne.

Les partenaires et financeurs des projets de la MJC sont les suivants :


Fédération Française des MJC

Affiliation à la FFMJC


La MJC Saint Pierre est affiliée à la FFMJC - Fédération Française des Maisons de Jeunes et de la Culture. Elle fait partie d’un réseau de près de 1 700 MJC réparties sur le territoire Français.

Adresse :

FFMJC - 15 rue La Condamine, 75017 PARIS
Tél : 01 44 69 82 25
Email : contact@ffmjc.org
Lien vers le site de la FFMJC


Projet Fédératif FFMJC


PROJET FEDERATIF D’EDUCATION POPULAIRE DES MAISONS DES JEUNES ET DE LA CULTURE "UNE INTELLIGENCE COLLECTIVE A L’OEUVRE"

Préambule

Les Maisons des Jeunes et de la Culture ont aujourd’hui plus d’un demi-siècle d’existence. Issues de l’esprit et des combats de la Libération, initiées par des jeunes et des adultes souvent engagés intellectuellement et physiquement dans la résistance à l’oppresseur et dans la promotion d’un Homme Libre dans une société de droit, elles se sont donné et ont reçu mission de mettre en oeuvre, dès 1944, un projet éducatif et culturel actif de formation des citoyens et de restauration de la République. De la "République des Jeunes" mise en place par André Philip à la Libération, et de l’engagement de l’État, à cette même période, de favoriser partout le développement sur le territoire français de Maisons des Jeunes (circulaires des 13/11/44 et 8/5/45), à la création de la Fédération Française des MJC en 1948 et aux crises successivement traversées - en 1969 et plus récemment au début des années 90 - que de chemin parcouru, de progrès, d’inventions, mais aussi de combats et de difficultés ! Au nombre de 40 en 1944, de 70 en 1948, de 200 en 1958, de plus de 1 000 en 1968, les MJC sont aujourd’hui quelque 1 700, regroupées en unions et fédérations départementales, régionales et nationales.

L’originalité fondatrice et toujours actuelle des Maisons des Jeunes et de la Culture en fait des espaces reconnus d’expérimentation culturelle, artistique, pédagogique, sociale et politique.

La diversité de leurs pratiques, la compétence et l’engagement de leurs professionnels et de leurs bénévoles, la confiance que leur accordent la population, les institutions et les élus locaux, témoignent de ce rôle historique et de la pertinence de leurs actions. Cette diversité est richesse. A condition qu’elle prenne sens dans un projet, des principes et des méthodes partagés, régulièrement débattus et réactualisés. Les MJC, dans leur nature même, comprennent une dimension fédérative, porteuse d’une conception solidaire et républicaine d’une politique d’éducation populaire et de culture, ainsi que de la conscience d’un humanisme universel : c’est dans ce sens qu’elles constituent une institution qui, aujourd’hui plus que jamais, doit affirmer son projet et construire son action à partir de finalités, de démarches et de principes communs. Il est en effet de la responsabilité de l’ensemble institutionnel fédératif et des instances démocratiquement mandatées, de remplir trois fonctions essentielles, déjà énoncées lors du Congrès de Grenoble des 24-25-26 mai 1980 :
  • la fonction de production du projet, compris comme un ensemble de références communes (valeurs, finalités, principes, procédures de mise en oeuvre et méthodes de travail) qui constitue l’éthique des MJC dans laquelle elles se reconnaissent et qui les aide à définir, à mettre en oeuvre et à évaluer leur projet local ;

  • la fonction de développement du projet, c’est à dire tout ce qui exprime et défend vis à vis des partenaires et à l’extérieur de l’Institution, le projet des MJC et leurs intérêts collectifs, également tout ce qui tend à faire évoluer ce projet par la prise en compte d’expériences et d’exigences nouvelles aux nivaux local, régional, national et international ;

  • la fonction de formation des bénévoles et professionnels acteurs du projet quel que soit leur niveau d’engagement et d’emploi. La fonction de production du projet est première et doit guider les autres fonctions.

Finalité des MJC

L’utilité et le sens général de l’action des Maisons des Jeunes et de la Culture prennent forme concrète dans la poursuite de trois finalités complémentaires, qui sont autant de directions de travail :
  • D’abord la reconstitution du lien social et de solidarité par la convivialité, la rencontre de l’autre, le dialogue et le plaisir partagé. Les Maisons des Jeunes et de la Culture doivent être des lieux d’accueil et de socialisation qui s’attachent à combattre la solitude, la perte des points de repère, les effets de rupture et d’exclusion. Tous, à des degrés divers, ont besoin de tels espaces, à la fois revitalisants et de repos, ouverts, libres mais fixes et structurés.

  • Les Maisons des Jeunes et de la Culture sont également des espaces d’apprentissage, de formation, et par conséquent de qualification personnelle, sociale, culturelle et dans certains cas même, professionnelle, cette qualification pouvant être définie comme l’ensemble des savoirs et des compétences que l’on met en jeu en tant qu’individu social, c’est à dire la capacité à s’exprimer, à comprendre l’environnement dans lequel on se situe et, si nécessaire, à le transformer. Les MJC sont ainsi des lieux où l’on apprend.

  • Les MJC enfin, entendent être des espaces publics de démocratie et de citoyenneté républicaine active, d’expression du conflit, d’invention du politique, d’institution de l’individu dans sa capacité, en privé et en public, de pouvoir analyser, comprendre, délibérer et décider. Nous sommes en effet convaincus que la démocratie, la chose publique, la politique et le développement si souvent invoqués, ne sont pas seulement affaire d’élus, de spécialistes et d’experts. Les Maisons des Jeunes et de la Culture ont effectivement le projet, avec d’autres - par exemple l’école, les associations, les mouvements d’éducation populaire et les syndicats - de construire cette relation complexe entre les intérêts particuliers et l’intérêt général, de faciliter pour chacun l’accès à une conscience politique et à une attitude citoyenne, faites de civilité, de civisme et d’engagements individuels et collectifs responsables. C’est en ce sens que les MJC se donnent "le politique" à la fois comme objet et comme projet. Les MJC doivent être des lieux - "agora", "forum" - où le débat, même conflictuel et acharné, peut enfin gagner sur la dispute, où les rapports de droit se construisent contre les rapports de violence, où, en faisant un usage public de sa raison critique, l’on apprend à analyser les situations, à les traduire en propositions et actions, et ainsi à faire évoluer vision du monde et du droit.


Le coin des copains

   
HEMISPHERE 02 : 4